Quels débouchés après Sciences Po Bordeaux ?

Sciences Po Bordeaux fait partie des IEP qui ont supprimé leur concours d’entrée. L’IEP se situe à proximité de l’Ecole Nationale de la Magistrature dont bon nombre d’étudiants dans des masters de carrières publiques préparent le concours. La formation de Sciences Po Bordeaux ouvre de nombreux débouchés dans les secteurs privé et public

1- La professionnalisation de la formation « Sciences Po Bordeaux »

La formation qu’offre cet IEP au premier cycle est la même pour tous les IEP. À l’issue du premier cycle commun permettant d’acquérir les fondamentaux, les deux années de deuxième cycles s’articulent autour d’une vingtaine de parcours de masters regroupés au sein de 4 majeures : Affaires internationales ; Carrières publiques ; Management de projet et organisations ; Politique, société, communication. L’insertion professionnelle et l’internationalisation est une priorité à Sciences Po Bordeaux et est au cœur de chaque parcours afin de favoriser l’entrée sur le marché du travail de chacun de ses diplômés. Ainsi, la mobilité académique s’y fait en deuxième année pour tous les étudiants en filière générale. Cette année s’effectue pour 95 % des étudiants à l’étranger grâce à plus de 300 universités partenaires.

2- Débouchés dans le secteur public en général après Sciences Po Bordeaux

Tout d’abord, Sciences po Bordeaux propose à ses étudiants de cinquième année un parcours « Objectif ENA » préparant au concours de l’ENA, mais aussi à l’INET (Institut national des études territoriales). Grâce aux cours, conférences et entraînements à l’oral, ils sont plusieurs chaque année à réussir les plus prestigieux concours de la fonction publique (en 2015 : 4 admis à l’ENA et 5 à l’INET, 1au Quai d’Orsay, 4 à l’EHESP (directeur d’hôpital) et 3 à l’EN3S (Sécurité sociale)). 

Parmi les plus de 80% des diplômés de cet IEP, il y a au moins 30% qui travaillent dans la fonction publique (toutes catégories comprises).

3- Débouchés dans le secteur privé en général après Sciences Po Bordeaux

Sciences Po Bordeaux est l’IEP de région au salaire moyen de sortie le plus élevé en 2019. Cela peut aussi s’expliquer par le fait que très peu d’étudiants de cet IEP abandonnent le cursus pour aller dans un autre IEP ou ailleurs. L’IEP de Bordeaux fait partie de la Communauté d’universités et d’établissements d’Aquitaine (comUE) depuis 2013 et en est l’un des membres fondateurs, tout comme l’Université de Bordeaux. Cette communauté a pour ambition de faire progresser les établissements d’enseignement supérieur de la région et d’aider les étudiants dans leur progression vers un emploi. Dans ce réseau, on retrouve Kedge Bordeaux Business School, l’une des meilleures écoles de commerce en France.

Ainsi, on a 70% des diplômés de l’IEP qui rejoignent le secteur privés après leurs M2. Ils vont vers des métiers dans les domaines de l’audit et le conseil (8%) ; la banque, les assurances et la finance (7%) ; les ONG et diverses associations (11%) et la presse, les médias, l’édition (8%)… 

4-Témoignage

Je m’appelle Kevin et je suis diplômé à Sciences Po Bordeaux depuis trois ans. J’y ai suivi le Master « Expertise en Affaires Publiques ». Je suis entré à Sciences Po Bordeaux après la terminale.

Mon master « Carrières publiques » vise à former des cadres en gestion publique dotés d’une spécialité, en l’occurrence le droit public. C’est une formation conjointe avec l’université de Bordeaux délivrant ainsi un double diplôme EAP/DPA : Expertise en affaires publiques / Droit public des affaires.

J’ai été stagiaire au sein du cabinet de l’adjoint à la Maire de Paris pour la Culture en troisième année pour la mobilité étudiante. Ensuite, au second semestre de mon M2, j’ai été chargé de mission stagiaire au sein de la Direction des relations institutionnelles de la RATP. Il s’agissait d’un stage en alternance dans le cadre de mon master à Sciences Po Bordeaux.

J’étais responsable de l’établissement de cartographies d’élus et d’acteurs influents sur des territoires clés pour le Groupe RATP, de la veille parlementaire et suivi du projet de loi d’orientation des mobilités et de la rédaction de notes de synthèse sur les tâches à remplir après chaque journée.

Depuis la fin de mes études, j’ai travaillé au  sein de la Direction des affaires européennes, internationales et de la coopération Commission de régulation de l’énergie. J’avais la charge de mener le suivi des négociations du paquet européen « Energie propre », de la représentation de la CRE aux réunions de préparation du Secrétariat Général des Affaires Européennes (SGAE), de l’aide à l’élaboration du Market Monitoring Report à destination de l’ACER, de la rédaction de notes de synthèse, de la participation aux activités et à l’organisation des rencontres du réseau de régulateurs francophones, de l’organisation et de l’accueil des visites de délégations étrangères.

En conclusion, que ce soit pour mes stages ou pour le travail que je fais aujourd’hui, je crois que ma formation à l’IEP de Bordeaux a été très utile puisque je traite mes dossiers toujours avec la même rigueur et j’applique mes connaissances théoriques tout en m’enrichissant des expériences dans la réalité de tous les jours.

smartprepa
Créez votre compte gratuit dès aujourd’hui sur Smart Prépa !

Voir d'autres articles