Quels débouchés après sciences Po St Germain en Laye ?

Dernier-né des IEP, Sciences po Saint-Germain-en-Laye a été fondé sous l’impulsion de deux universités: Cergy-Pontoise et Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Les professeurs de l’institution sont issus de ces deux établissements. En cinquième année de leur cursus « sciences-po », les étudiants pourront avoir accès à un large éventail de masters universitaires et obtenir un double diplôme. La formation Sciences Po Saint-Germain en Laye offre une multitude de débouchés dans les secteurs privés comme publics

1- La professionnalisation de la formation « Sciences Po Saint-Germain-en-Laye »

Établissement jeune, Sciences po Saint-Germain-en-Laye a multiplié les doubles diplômes avec des partenaires prestigieux, tels que l’ESSEC (à venir), l’Institut Français de Presse et les universités de Grenade et de Malaga en Espagne.

Mais d’abord, l’IEP propose une formation en 5 ans : deux premières années généralistes (histoire, économie, science politique, droit, langues), une troisième année à l’international, et deux dernières années de spécialisation, puis de professionnalisation.

2- Débouchés potentiels après « Sciences Po Saint-Germain-en-Laye »

Les deux dernières années sont professionnalisantes et préparent à un double diplôme. Dès la 4ème année, les étudiants s’orientent vers une spécialisation : métiers de l’Europe et de l’international ; métiers de la communication et de la culture ; métiers du secteur public et de la gouvernance territoriale ; métiers de l’économie, de la gestion et de la finance.

La 5ème année se compose de séminaires à l’IEP et de cours de masters 2 à choisir parmi les masters proposés par les universités fondatrices Cergy-Pontoise (UCP) et Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ).

Compte tenu du fait qu’une seule promo ait été diplômée depuis la fondation de cet IEP, on ne dispose pas d’informations sur les tendances concernant le nombre de diplômés ayant trouvé un emploi ou du nombre dans le secteur privé et public.

3-Témoignage

Je m’appelle Léa. Je fais partie de la première promotion diplômée de l’IEP de Saint-Germain-en-Laye. En effet, en sachant que l’IEP a ouvert ses portes à partir de 2013, il y a donc forcément très peu d’anciens étudiants de mon IEP qui sont rentrés sur le marché de l’emploi par rapport aux autres IEP bien plus âgés. J’ai fait le M2 « Carrières Publiques » et en M1, j’ai suivi les cours du Métiers du Politiques et Gouvernance Territoriale à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, première université partenaire de mon IEP.

Actuellement, je suis collaboratrice parlementaire à l’Assemblée nationale. Ma profession est en corrélation avec ma formation en M1 et M2. Mes deux années en master m’ont menée à parfaire ma connaissance de la prise de décisions publiques et des arcanes institutionnelles.

D’ailleurs, j’ai fait mon stage de fin d’année en tant que collaboratrice parlementaire au Sénat. Pendant ce stage, j’ai pleinement découvert le travail législatif. J’ai beaucoup appris sur la maîtrise du processus parlementaire, sur l’analyse de projets et de propositions de loi. J’ai été chargé de la rédaction d’amendements et d’interventions en séance publique, de la rédaction de questions au gouvernement, du suivi des débats et du vote, du suivi du texte post Parlement lors de son examen par les instances concernées comme le Conseil Constitutionnel, de constituer des dossiers législatifs ; de la stratégie et argumentaires politico-juridiques et du suivi de la publication des décrets.

Cependant, j’ai encore plus de responsabilités en tant que collaboratrice parlementaire à plein temps maintenant. Mon travail consiste aussi à faire du Lobbying. Je rédige des supports, des notes techniques et des argumentaires destinés aux acteurs publics : parlementaires, élus, groupes politiques, associations. Pour cela, je dois aussi avoir une connaissance profonde de l’Assemblée nationale, des groupes politiques, des commissions parlementaires. Je dois toujours être en mesure d’avoir des contacts stratégiques au sein des cabinets ministériels, avec les pouvoirs publics et au sein des organisations professionnelles.

Je suis aussi responsable de relations presse : stratégie de présence médiatique ; rédaction et diffusion de tribunes et communiqués de presse ; gestion des relations avec les journalistes ; organisation de conférences de presse et déjeuners presse ; revue de presse ciblée et quotidienne ; gestion des réseaux sociaux, comme Twitter et Facebook.

Par ailleurs, il m’arrive d’être en charge des relations avec la circonscription : dossiers locaux en lien avec les entreprises et associations ; relations avec les élus locaux ; consultations juridiques et rédaction de notes à destination des administrés ; gestion de la réserve parlementaire des communes et des associations et gestion de l’agenda du député ; traitement quotidien des mails et courriers ; permanence téléphonique ; organisation des visites de l’Assemblée nationale.

Les thématiques principales sur lesquelles je travaille sont les institutions, la simplification du droit et des procédures, éducation, collectivités territoriales, ruralité.

L’un des avantages de ma profession est de pouvoir travailler avec des élus qui se préoccupent de la « chose publique » et de pouvoir se reconnaître dans le travail des parlementaires. Je pense qu’avoir étudié dans un IEP a été un atout puisque dans mon métier, je travaille la plupart du temps en compagnie d’autres diplômés des IEP. Cela s’explique en grande partie par le fait que ce soient surtout les IEP qui forment pour ce genre de métier.

smartprepa
Créez votre compte gratuit dès aujourd’hui sur Smart Prépa !

Voir d'autres articles