Quelles sont les meilleures copies du concours de Sciences Po Paris ?

Selon de nombreux rapports du jury et des explications de l’administration de l’IEP de Paris,  les meilleures copies aux épreuves écrites de Sciences Po Paris sont celles qui parviennent à poser une problématique, à la mettre en œuvre au moyen d’une véritable démonstration servie par des références culturelles, littéraires, historiques (indépendamment des épreuves) défendant une thèse tout en faisant preuve de nuance. Il est conseillé aux étudiants passant ce concours de lire les annales des années précédentes, d’aller voir les meilleures copies dès leur publication et surtout les rapports de corrections.

Les étudiants doivent connaître la méthodologie attendue. Ils peuvent être très cultivés mais réussir les épreuves écrites de l’IEP de Paris est le résultat d’un travail acharné, la capacité à maîtriser son temps le jour des épreuves, d’une préparation commencée assez tôt, d’une connaissance des épreuves et d’un peu de chance. Un candidat devra donc être en mesure de contrôler son temps, savoir garder sa concentration et ne jamais se laisser distraire par quoique que ce soit lors des épreuves, faire un plan solide et le vérifier, et se relire obligatoirement plusieurs fois après la rédaction. Un étudiant qui réussit est celui qui ne s’aventure pas sur des informations connaissances douteuses, sur des informations incertaines :aucune épreuve de ce concours n’est une activité de commentaire sur l’actualité ou de rapport journalistique.

Les copies sont corrigées et évaluées par des professeurs de lycées et à partir de critères tels que la maîtrise de l’expression écrite, de la rigueur d’analyse, de la qualité de de la réflexion et d’argumentation, et enfin de la capacité d’organisation de la pensée. La capacité à problématiser est aussi un de ces critères pour les épreuves d’Histoire et d’anglais.

1. Les meilleures copies de Sciences Po Paris possèdent une structure soignée

Toutes les copies publiées sont rédigées avec soin dans la forme et dans le fond. Les phrases et les propositions sont encadrées par des connecteurs logiques (ou mots de liaisons). Les idées et les arguments du candidat sont par conséquent  mis en avant par la structure de sa copie. Sur les meilleures copies, les connecteurs logiques « par ailleurs »,« toutefois », « en outre », « néanmoins »,« enfin » entre autres sont les plus utilisés. Ces mots de liaisons sont les piliers de la construction de toute bonne copie et lorsqu’ils sont utilisés de façon juste, ils rendent les arguments cohérents entre eux et fluidifient la succession des idées.

Ensuite, la séparation du devoir en parties et paragraphes distincts permet de renforcer la lisibilité de la copie : le commentaire de littérature et de philosophie fait clairement ressortir  une introduction (formée d’une première partie et d’une annonce du plan), plusieurs parties composées de paragraphes aérés, de transitions et d’une conclusion.

De même, l’analyse sur document de sciences économiques et sociales met en avant les cinq idées majeures de l’argumentation en autant de paragraphes équilibrés, en plus d’une introduction en deux temps et d’une conclusion claires.

2. Une copie Sciences Po s’attache à maîtriser l’orthographe et la grammaire

Les récents rapports du jury rappellent la primauté que l’orthographe peut avoir sur le contenu d’une copie. D’ailleurs, il est très rare de voir une très bonne copie (très bien notée aussi) avec une orthographe exécrable ou imparfaite. Ainsi les correcteurs demandent une orthographe irréprochable. Cela dit, les copies sélectionnées par Sciences Po ont en commun de présenter une syntaxe propre, lisible, et sans fautes choquantes : les accords grammaticaux (et notamment l’accord de l’auxiliaire avoir lorsque le COD est placé avant le verbe), et les accords en genre et en nombre sont maîtrisés.

Les correcteurs incluent dans cette idée concernant l’orthographe l’usage d’une excellente syntaxe : Les candidats ayant écrit les meilleures copies ont en commun de préférer les phrases plutôt courtes, selon le modèle “une phrase = une idée”.

En effet, il est plus convenable de privilégier la concision, quitte à décomposer une information en deux phrases, plutôt que de se lancer dans une phrase à tiroirs avec cinq propositions relatives et trois compléments circonstanciels.

Cette contrainte est difficile à appliquer, surtout lorsque les candidats ont beaucoup de choses à dire sur le sujet. La dissertation d’Histoire est l’épreuve qui met en difficulté cette règle. Cependant une copie longue doit permettre au correcteur-lecteur de pouvoir s’y retrouver en transmettant ses informations avec simplicité.

3- Les meilleures copies de l’IEP de Paris font bon usage de connaissances précises parfaitement maîtrisées

Les meilleures copies d’histoire et de sciences économiques et sociales sont celles qui  respectent cette exigence : elles apportent des éléments de définition et des faits précis. Par exemple, la première partie du devoir de sciences économiques et sociales appelle des réponses de cours. Dès le début, le candidat donne des éléments de définition qui permettent de cadrer sa réponse. Il est important de garder en tête que toute argumentation a besoin de commencer par des éléments simples avant de monter en complexité.

Concernant les copies d’Histoire,  elles combinent connaissances factuelles et références à des ouvrages critiques. Plus particulièrement, les références à des auteurs renommés à plusieurs et l’usage de références originales y sont utilisées à plusieurs reprises. L’étudiant n’hésite pas à exploiter une ressource bibliographique, et à raison. Cela montre qu’il maîtrise ses connaissances, apporte de la force à son argumentation et évite les imprécisions.

Le correcteur a besoin de cet effort de clarté. Une référence formulée peu explicitement, si elle semble évidente pour celui qui l’écrit, paraîtra floue et donc sans valeur aux yeux fatigués du correcteur.

*

smartprepa
Créez votre compte gratuit dès aujourd’hui sur Smart Prépa !

Voir d'autres articles