Les épreuves du concours commun des IEP

Suite aux réformes des concours, les épreuves ont changé. Après le concours de Sciences Paris, le concours commun des 7 IEP est celui que les lycéens (et étudiants en 1ère année à la fac) passent le plus. En effet, près de 10 000 étudiants passent le concours commun d’entrée en première année et il y a entre 8 à 10% qui le réussissent. Trois épreuves constituent le concours commun des 7 IEP de province. Il s’agit de l’épreuve d’Histoire, l’épreuve de Questions Contemporaines et l’épreuve de langue vivante. Le guide du candidat est disponible ici

1-L’épreuve d’Histoire

Il s’agit d’une étude de document qui se déroule sur deux heures et de coefficient 3.  Les limites des sujets d’histoire sont dans le programme qui est “Puissances et conflits dans le monde depuis 1945”. Pour réussir cette épreuve, il faudra déjà pleinement maîtriser le programme d’histoire de l’année de terminale. L’épreuve met, certes, à l’épreuve vos connaissances, vos certitudes (les fiches toutes faites) et votre capacité à réfléchir, analyser et à sortir du lot mais vous incite à faire preuve d’une parfaite maîtrise de la méthodologie est fondamental puisque cela justifiera votre mérite même s’il s’agit d’un sujet piège. Des dates incertaines, un plan trop scolaire (formulation type lycéen), ne pas aller à l’essentiel pénalisent le candidat. De même, les fautes d’orthographe, les phrases trop longues et floues sont à éviter. L’introduction de votre étude document doit clairement faire apparaître les enjeux du sujet et la présentation des documents proposés (nature, auteur, date, source…). Une bonne copie est une copie dans laquelle l’étudiant se réfère aux documents et ne récite pas uniquement son cours sans faire de liens pertinents. Il est important de confronter les documents, de faire à la fois des parallèles et des oppositions, et montrer pourquoi le choix de ce corpus de document est pertinent face à la question posée. Il convient de s’y préparer très tôt. 

2-L’épreuve de langue au concours des IEP

C’est le candidat fait le choix de la langue vivante à cette épreuve. Il choisit entre l’anglais, allemand, espagnol ou italien. L’épreuve se déroule sur une heure et demie et est de coefficient 2. Cette épreuve ne compte pas moins que les deux autres. Pour se préparer à cette épreuve, cela nécessite un entraînement efficace à la compréhension des textes journalistiques et une lecture fréquente et régulière de la presse dans la langue concernée.

L’étudiant doit s’habituer à lire quelques articles jusqu’à une bonne compréhension globale des textes. Une fois cet objectif atteint, il faut chercher à affiner le degré de compréhension des textes et profiter des lectures pour acquérir du lexique. Par exemple, l’étudiant peut se concentrer sur quelques passages clefs de l’article qu’il cherchera à affiner sans pourtant expliquer mot pour mot au lecteur-correcteur le jour du concours.

Tenir un cahier de lecture aide  à travailler une version papier des articles lus, de dresser la liste des mots qu’on a retenus et d’y revenir par la suite pour les réviser. Au moment de l’épreuve, il faut éviter de répondre aux questions de compréhension apportées de manière trop vague.

Enfin, l’essai est souvent mal structuré, trop descriptif, avec des affirmations trop générales. Il faut chercher à convaincre votre correcteur grâce à une prise de position authentique que l’étudiant défend tout au long de l’essai, plutôt que de proposer un plan construit autour d’un axe thèse/ antithèse qui ne conduira souvent qu’à la contradiction pure et simple. En effet, si le plan thèse/ antithèse peut être valable pour une dissertation de 10 pages qui permet un développement appuyé du raisonnement,cela n’est pas le cas pour un essai de 300 mots.

3-L’épreuve de Questions Contemporaines au concours commun des IEP

L’épreuve de questions contemporaine est une  une dissertation sur les questions contemporaines. Elle dure trois heures et est de coefficient 3.  Pour préparer,deux thèmes sont donnés à la fin du mois de juin de l’année précédente.

Toute d’abord, l’épreuve de questions contemporaines cherche à évaluer le niveau de culture générale, de l’esprit de synthèse, les capacités de réflexion et d’expression de l’étudiant. Cet exercice de dissertation classique est un moyen de vérifier vos capacités à raisonner, articuler vos idées, argumenter et vous exprimer intelligemment. En bref, l’objectif est de savoir si vous maîtriser bel et bien la méthodologie.  

Les étudiants doivent oublier l’idée selon laquelle cette épreuve est une dissertation de philosophie. Pour résumer, l’obligation de faire une approche pluridisciplinaire par rapport au sujet traité est une obligation. On cherche en effet à vérifier que vous êtes curieux d’esprit, et donc à même de puiser vos références et vos arguments dans des domaines de connaissance très variés, allant de l’histoire, de l’économie,des médias, de la sociologie, du droit, en passant par la géopolitique, le cinéma, entre autres. Là, il s’agit de faire la démonstration qu’on a le « profil Sciences Po ».

Bien lire et comprendre l’énoncé du sujet est quasiment la garantie de rendre une bonne copie. Ensuite, il conviendra de décomposer le sujet et à s’intéresser à chaque terme pour en dégager tous les sens possibles afin d’éviter un plan trop simpliste ou littéral.

smartprepa
Créez votre compte gratuit dès aujourd’hui sur Smart Prépa !


Voir d'autres articles