Que faire si l’on rate le concours de Sciences Po ?

Souvent, les candidats se demandent: que faire en cas d’échec au concours de Sciences Po ? Depuis 2009 à 2018, le nombre de lycéens candidats au concours de première année à l’IEP de Paris a bien doublé. En outre, les épreuves écrites seront supprimées à partir de 2021 et il n’y aura donc que des procédures sur dossier pour tout le monde. Le vœu Sciences Po sera aussi proposé sur Parcoursup de façon à augmenter le nombre de candidature et à rendre le concours davantage accessible à tous et à toutes. Par ailleurs, le nombre de partenariats entre l’IEP de la rue Saint Guillaume et des lycées partout en France va se multiplier. Pourtant, la tendance actuelle permet de dire que l’IEP de Paris n’a pas l’intention de baisser la sélectivité de ces concours. D’ailleurs, elle avait même augmenté en 2018 : le taux d’admis global avait passé de 24 % en 2017 à 21 % en 2018. Mais que font et que peuvent faire les étudiants qui n’ont pas réussi ce concours ?

1- Les IEP de province, une alternative en cas d’échec à Sciences Po

 Les nombreux concours pour poursuivre ses études dans un IEP sont très sélectifs. Par exemple, le concours commun des 7 IEP de province a un taux de réussite entre 8 à 9%.

Cependant, les étudiants qui sont intéressés par ses grandes et prestigieuses écoles passent ces concours en terminale ou l’année qui suit le baccalauréat. Souvent, les candidats passent deux concours. Ainsi chaque année, il y a des étudiants qui passent le concours de l’IEP de Paris et celui de l’IEP de Bordeaux ou alors d’autres qui passent le concours des IEP du Réseau Sciences Po et celui de Grenoble. Certains étudiants, pour la plupart bilingues, s’essayent aux différents concours ouvrant sur un bi-cursus dans les IEP (par exemple le cursus franco-allemand de l’IEP d’Aix-en-Provence). Cela s’explique parce que rentrer en première année à Sciences Po Paris ou dans un des IEP de région (Aix-en-Provence, Lille, Lyon, Rennes, Saint-Germain-en-Laye,Strasbourg, Toulouse) mène quasiment aux mêmes cours et donc au même parcours. Il y a aussi les concours d’entrée en deuxième année dans certains IEP comme autre option : les IEP de Lyon et de Strasbourg proposent dorénavant leurs propres voies d’accès. Les étudiants suivent les cours du tronc commun : les sciences humaines et sociales (sciences politiques, sociologie, droit, économie,histoire). De plus, passer par un des IEP donne parfois la possibilité d’accéder au master d’un autre IEP via la procédure de mutualisation par exemple.   En outre, le dispositif mis en place avec la BEL (Banque d’épreuves littéraires) permet à ceux qui ont été admissibles ou sous-admissible au concours d’entrée des ENS (écoles normales supérieures), après votre khâgne (deuxième année de prépa littéraire), de postuler à certains IEP de région (Aix-en-Provence, Lille, Lyon). Cette situation exempte tout étudiant de passer le concours d’entrée. Il suffira d’un simple oral même si cela ne concerne qu’un tout petit nombre d’admis. Et si les étudiants ont la possibilité d’entrer en CPGE,il leur sera toujours possible de préparer par contre les concours pour rentrer dans les autres IEP après leur première année.

2- L’Université

En général, les étudiants qui ont échoué ou réussi au concours de l’IEP de la rue Saint Guillaume ont quasiment le même profil. Certains d’entre eux ont même été jusqu’à l’oral d’admission. Ces étudiants avaient donc un dossier qui intéressait le jury, ils avaient bien réussi les épreuves écrites (pour ceux qui les avaient passées). De ce fait, on a des étudiants qui poursuivent leurs études respectives dans des disciplines universitaires liées à celles qui font autorité à l’IEP de Paris. Faire le choix d’aller à la fac a ses bons comme ses mauvais côtés. Les cursus proches des matières fondamentales des instituts d’études politiques sont les langues et lettres, les sciences humaines et sociales, le droit éco-gestion (licence en droit, histoire, économie, géographie, lettres, prépa littéraire, commerciale, etc.). Dans tous les cas, il  faut toujours choisir les études qui intéressent le plus, car c’est la clé de la réussite. Mais avec un travail assidu et le fait de suivre la même discipline avec laquelle on avait passé les concours de Sciences Po Paris, on a plus de chance d’intégrer cet IEP en master ou même de réussir à la fac.

3-Ecole de commerce après un échec à Sciences Po

Outre intégrer un IEP de province ou d’aller à la fac, de nombreux étudiants font le choix de rentrer en école de commerce. Les écoles de commerce n’ont pas les mêmes exigences que Sciences Po ou les autres IEP et les disciplines sont soit différentes, soit similaires mais axées sur d’autres préoccupations. Les étudiants qui rentrent dans les écoles de commerce pourront toujours préserver l’esprit rigoureux et rationnel avec lequel ils s’étaient essayés au concours de Sciences Po. Par ailleurs, si on rentre en école de commerce via une procédure sur dossier, il est toujours important de rappeler qu’on a passé de tels concours et surtout lorsqu’on y a été admissible. Il s’agit là d’un plus sur votre dossier et cela mettra bel et bien en valeur votre profil étudiant.

smartprepa
Créez votre compte gratuit dès aujourd’hui sur Smart Prépa !

Voir d'autres articles