Master Journalisme à Sciences Po

Comparativement au master Journalisme de l’IEP de Lille qui se fait en partenariat avec l’ESJ de Lille (Ecole Supérieure de Journalisme), le master Journalisme de l’IEP de Paris est une formation extrêmement reconnue. Ce master est structuré en 4 semestres sur 2 années universitaires, avec 20 semaines minimum d’expérience professionnelle en rédaction, le Master Journalisme forme les journalistes de demain de manière à ce qu’ils puissent faire face aux enjeux contemporains qu’affrontent leurs métiers. Créé en 2004, aux origines de l’Ecole de journalisme de Sciences Po, il fait partie des formations reconnues par les journalistes professionnels et prépare à la meilleure des insertions sur le marché de l’emploi. L’objectif est belle et bien de former les meilleurs journalistes généralistes des prochaines générations.

1- Pour quels profils ?

Le Master Journalisme s’adresse à des candidats, de niveau minimum BAC+3 ou équivalent, aux origines géographiques, académiques ou professionnelles variées, dotés d’un bon dossier académique, d’un potentiel journalistique et d’une motivation forte pour l’univers de l’information. L’admission est possible grâce à plusieurs procédures mises en place en fonction de la situation du candidat : il y a une procédure française (pour les candidats ayant suivi un cursus universitaire français) et une procédure internationale (pour les candidats ayant suivi un cursus universitaire à l’étranger). Dans ce cursus, on retrouve :

·        50 à 60 élèves admis par promotion

·        22% en contrat d’apprentissage

·        jusqu’à 35% de boursiers

On attend des étudiants à ce qu’ils soient capable de hiérarchiser les faits, cerner les enjeux d’une actualité (économique, sociale, politique, sportive, etc.), se doter d’une culture générale nourrie, collecter des témoignages pertinents, collecter des données, les vérifier, arpenter des terrains, parler à des sources, traiter d’une information urgente comme d’un sujet au long cours, réaliser des reportages, produire des contenus à l’écrit, en sons, en images, adaptés aux usages et aux écrans mobiles, intégrer les réflexes numériques de production de l’information, comprendre les arcanes du développement informatique, monter des projets éditoriaux innovants, anticiper les évolutions de la presse, savoir travailler en groupe. 

1-  Quels sont les cours / formations du Master journalisme à Sciences Po ?

Les étudiants du master Journalisme de l’IEP de Paris ont la garantie :

·        D’une formation reconnue par la Commission Paritaire Nationale de l’Emploi des Journalistes (CPNEJ)

·        D’être formé par un corps enseignant composé de 210 enseignants, en majorité des journalistes professionnels

·        De faire près de 20 visites de terrain (gares, hôpitaux, caserne de pompiers, Assemblée nationale, Sénat,etc.) organisées chaque année

Ce master dispose d’enseignements en français, pour la plupart, avec quelques possibilités d’enseignements en anglais. Les étudiants devront faire des stages de près de 20 semaines en rédaction. Il y a 4 parcours possibles en M2 : image, son, data et écriture, nouvelles écritures. La rentrée se passe en Août et les étudiants sont amenés à tenir conférences de rédaction en groupe, chaque matin, pour connaître l’actualité sur le bout des doigts, apprendre à trouver des angles, et les présenter à l’oral devant une assemblée.Ils disposent des cours académiques sur des thématiques variées (crises internationales, vie politique française, les grands enjeux de la justice contemporaine, statistiques, analyse économique, etc.) dispensés par des enseignants chercheurs, pour renforcer ses connaissances et acquérir une indispensable culture générale exigeante. Ils assistent tous à des cours de formation commune obligatoires, en français ou en anglais, en commun avec les élèves des autres masters de Sciences Po, pour saisir et comprendre les concepts théoriques des sciences sociales ; à des cours sur la culture des médias et du journalisme (droit des médias, déontologie du journalisme, économie et nouveaux business modèles de l’information, etc.) pour comprendre l’écosystème de son futur métier ; à des ateliers de production journalistique pour apprendre à produire des contenus dans tous les formats et toutes les temporalités : reportage mobile, reportage image, reportage écrit, reportage son, raconter une histoire à l’écrit, raconter une histoire en sons, raconter une histoire en image, live et fact checking, data, tableurs et visualisations, photo journalisme, photo et édition, informations en continu, journalisme d’agence, data investigation, nouveaux formats audio, vidéos et directs pour mobile, contenus et code ;  à des ateliers de méthodologie journalistique (chercher et vérifier des informations, organiser son temps, coaching voix, initiation au code, etc.)pour maîtriser les impératifs du journalisme d’aujourd’hui.

Ensuite, ils disposent de plusieurs semaines intensives pour travailler en équipe à un projet éditorial commun,réalisé de A à Z dans des conditions de production dignes de celles d’une rédaction.Ils devront faire des visites en immersion sur le terrain (Assemblée nationale, Sénat, sapeurs-pompiers,hôpitaux, gares, tribunaux, marché de Rungis, centre de tri des débats, station d’épuration, etc.) pour mieux connaître le fonctionnement de lieux emblématiques.

Par ailleurs, ils devront mettre en place un projet de fin d’études réalisé à la fin de la scolarité sous la forme d’un sujet journalistique et soutenu dans le cadre du Grand O (Grand Oral) devant un jury ;  organiser des conférences pour échanger et débattre de grands sujets d’actualité et notamment la conférence annuelle sur les nouvelles pratiques du métier pour cerner les dernières évolutions du métier. De plus, les stages en rédaction à l’étranger sont les bienvenus.

2-  Quels sont les débouchés ?

Actuellement, il y a plus 650 diplômés de ce master qui sont rentrés en poste récemment. En effet, le taux d’insertion professionnelle des diplômés de l’Ecole de journalisme de Sciences Po défie les statistiques du marché selon l’enquête annuelle sur les promotions 2005 à 2017. Cette enquête révèle que 99% des diplômés travaillent,soit en CDI (54%), soit en CDD (20%), soit en piges régulières (20%). Il y a plus 32% des diplômés de ce master qui travaillent à l’étranger. Près de 18% des élèves sont embauchés avant la fin de leurs études, dont 8% en CDI.32% exercent dans le journalisme numérique (sites de presse, pure-players, applications mobiles), 30% dans l’image (chaînes de télévision généralistes, TV en continu, sociétés de production audiovisuelle), 10% travaillent en agences de presse (AFP, Bloomberg, Reuters…), 9% en presse écrite, 9% dans l’univers du son (radios généralistes ou podcasts),et les 10% restant sont en reprise d’études ou ont monté leurs start-ups d’information.

Ce master forment des journalistes reporters d’image (JRI), des reporters, présentateurs, des data journalistes, des journalistes spécialisés, des enquêteurs, des correspondants, des chroniqueurs, des localiers, des infographistes, des chefs des informations, des chefs d’édition, des rédacteurs en chef, des directeurs de la rédaction, entre autres.

smartprepa
Préparez les concours Sciences Po grâce à Smart Prépa

Voir d'autres articles