Master droit économique Sciences po

1- Pour quels profils ?

Le Master de Droit économique est l’un des quatre programmes existant aujourd’hui à l’École de Droit de Sciences Po (Master Droit économique, Master Carrières Judiciaires et Juridiques, Master Joint Droit et Finance et LLM in Transnational Arbitration and Dispute Settlement). Ce Master est conçu pour être accessible à des personnes n’ayant pas suivi un parcours en droit en licence. En M1, on étudie les bases du droit civil et pénal (droit des contrats, droit administratif, procédure civile, droit pénal, épistémologie du droit, droit international privé, droit des biens…). En M2, on commence à se spécialiser dans un domaine plus précis (contentieux économique et arbitrage, entreprises marchés et régulation, « global governance studies»….). Le Master permet ainsi de découvrir les bases du droit et de se spécialiser en seulement deux années.Ce programme nécessite donc un fort investissement des étudiants et une réelle motivation. A noter que si ce Master a été conçu pour des étudiants n’ayant pas fait trois années de droit en licence, il est cependant apprécié par les élèves issus des facultés de droit car il propose une offre pédagogique différente.

2- Quels sont les cours / formations du master droit économique de Sciences Po ?

Les enseignements du master Droit économique l’ont conçu sur un mode progressif, de sorte que l’étudiant, même sans connaissance juridique particulière avant son entrée à l’École de Droit, puisse peu à peu maîtriser les techniques requises, en partant des concepts les plus généraux pour aller, de semestre en semestre, vers des corps de règles de plus en plus spécialisés et concrets. L’un des aspects de cette pédagogie est l’importance accordée à la réflexion et le développement de l’esprit critique, plutôt que l’étude exhaustive de toutes les branches du droit privé et public. Il serait en effet difficile d’étudier toutes les disciplines du droit privé et public en seulement deux années. De plus, dans un contexte d’obsolescence accrue des connaissances que l’École de Droit veut éviter, elle a fait le pari de former des têtes bien faites plutôt que bien pleines. Pour ce faire, les cours sont dispensés en petits groupes et les professeurs essaient de mettre l’accent sur le débat. De nombreuses lectures sont également requises de la part des étudiants. Cette progressivité se reflète dans l’équipe pédagogique: les premiers cours sont assurés par des universitaires et les cours de fin de cursus plutôt par des praticiens. Ces enseignements visent tout à la fois à faire comprendre aux étudiants les concepts fondamentaux de la matière juridique, tout en leur en faisant percevoir les enjeux théoriques, et leur à soumettre des études de cas très concrets, par lesquels l’art pratique du droit prend corps. La maîtrise du droit implique en effet cette compréhension fondamentale et cette habileté particulière.

À ce titre, les enseignements font avant tout appel à une méthode pédagogique interactive, qui privilégie le dialogue entre les enseignants et les étudiants. Cette méthode exige de ces derniers qu’ils préparent à l’avance le cours dont ils doivent maîtriser les différents aspects, à partir de documents qui leur sont remis. Elle doit leur permettre non seulement d’acquérir les règles d’organisation et de compréhension des matières, mais aussi favoriser leur perception critique d’un droit mis en contexte ainsi que leur capacité d’argumentation. L’accent est également mis sur le travail sur les lectures, les textes généraux ou les décisions particulières.

En outre, Le master Droit économique est un cursus dense et exigeant dont la formation est structurée de la façon suivante :

·        une année d’enseignement des fondamentaux du droit et du droit économique requis pour acquérir ou renforcer une indispensable culture juridique, notamment en droit des obligations, ainsi que les enseignements essentiels pour une bonne compréhension du droit économique (droit des sociétés, droit de la concurrence, droit international privé, droit de la répression, financement de l’entreprise, etc.) ;

·        une année (facultative) de professionnalisation dite année de césure au cours de laquelle les élèves ont la possibilité de faire des stages en cabinet d’avocat, en entreprise ou dans une administration, étant entendu que l’expérience pratique est absolument fondamentale pour l’apprentissage du droit ;

·        une année de spécialisation : six voies de spécialisation sont ouvertes aux étudiants de Sciences Po. Elles correspondent à des profils techniques différents, à des aspirations professionnelles distinctes, à des modes différents de pratique du droit.

3- Quels sont les débouchés ? Exemples de personnes

A la sortie du Master, les débouchés sont très vastes. De nombreux étudiants choisissent de passer l’examen du barreau puis de travailler dans des cabinets d’avocats. Ils se spécialisent dans des disciplines très diverses en fonction de leurs intérêts personnels. Certains vont plutôt se diriger vers le droit public ou environnemental quand d’autres choisiront une voie plus orientée vers le droit des affaires. Le profil Sciences Po est globalement assez apprécié des recruteurs puis qu’il combine à la fois une ouverture d’esprit acquise en Bachelor ou Licence, avec des compétences techniques en droit développées au sein du Master.

En dehors du barreau, certains étudiants poursuivent en LLM à l’étranger. D’autres décident de changer de voie et de s’orienter dans d’autres domaines comme le conseil ou la finance. Dans tous les cas, l’École de Droit leur aura apporté des capacités de travail et de réflexion critique, qui sont valorisées dans la grande majorité des secteurs professionnels.

smartprepa
Préparez les concours Sciences Po grâce à Smart Prépa

Voir d'autres articles